Le

Alimenter en énergie sa maison avec sa voiture : bientôt réalisable ?

Projet AMI

Imaginez votre voiture et votre maison s’échanger de l’énergie… C’est le pari un peu fou lancé par le laboratoire américain Oak Ridge, qui a présenté tout récemment son projet pilote AMIE. Derrière cet acronyme sympathique, se cache la dénomination plus technique « Additive Manufacturing Integrated Energy ». Comment ? Pour quoi faire ? Pleins feux sur une initiative détonante.

Une solution intégrée pour l’alimentation de la voiture et de l’habitation

Une petite habitation de 20 m2 et un véhicule hybride massif, de type Hummer, garé devant… Étrange, non ? Sauf que ces deux éléments sont connectés ! La batterie de la voiture peut s’alimenter de l’électricité générée par les panneaux solaires situés sur la maison, mais peut aussi fournir de l’énergie au bâtiment. C’est cette possibilité d’échange qui fait toute l’originalité du projet expérimental AMIE, conduit en collaboration avec des équipes universitaires et l’industrie automobile.

Plusieurs avancées technologiques de pointe sont à l’origine de cette nouvelle idée. Premièrement la montée en puissance des nouveaux modèles de batterie, à l’instar du Powerall de Tesla, qui permet à cet acteur de l’automobile de se positionner sur le marché de l’énergie domestique.

Deuxièmement, les avancées du wireless : eh oui, la maison et la voiture AMIE ne sont pas reliées par un câble d’alimentation, mais via un chargeur sans fil à induction, au-dessus duquel le véhicule est tout simplement garé.

Cerise sur le gâteau : une grande partie de la maison et le châssis du véhicule sont imprimés en 3D, afin de réduire au maximum les déchets de construction.

Objectif : autonomie énergétique pour le transport et l’immobilier

D’une puissance de 3,2 kW, les panneaux solaires de l’habitation produisent suffisamment d’énergie pour subvenir aux besoins primaires d’un petit logement : cuisson, éclairage, chauffage. Le surplus d’énergie généré est instantanément stocké dans une batterie centrale enterrée. Et lorsque le véhicule est à l’arrêt, sa batterie peut prendre le relais et fournir l’énergie manquante la nuit ou les jours de faible ensoleillement.

Si ce dispositif peut paraître futuriste, il répond pourtant à des problématiques d’actualité : la production d’énergie renouvelable et la mutation des modes de transport et d’habitation. Surtout, le projet AMIE a de bonnes chances de connaître des applications concrètes rapides. Par exemple, dans des situations extrêmes qui réclament une autonomie énergétique complète, comme les campements militaires ou les secours d’urgence. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire