Le

Audi RS3 : toujours plus puissante

Audi RS3 Sportback 2015 - 3

Avec ses 360 chevaux, la Mercedes Classe A 45 AMG faisait la maligne chez les compactes. Elle était largement devant les Audi S3 (300 ch) et BMW 135i (320 ch). Mais grâce à la nouvelle RS3, la marque aux anneaux reprend les devants… de peu.

La firme à l’étoile avait placé la barre haute avec sa A. Audi n’avait d’autre choix que de faire mieux pour la RS3 millésime 2015. Certains pensaient que les anneaux allaient frapper un grand coup en osant atteindre la barre des 400 ch. Mais il n’en est rien. Le constructeur d’Ingolstadt se « contente » de faire un peu plus que la Mercedes avec 367 ch.

Ils sont issus d’un bloc cinq cylindres, une architecture rare dans la production automobile. Le couple est de 465 Nm. Le moteur 2.5 TFSI est associé à une boîte S-Tronic à 7 rapports, retravaillée pour être plus rapide que sur l’ancien modèle (qui développait 340 ch). La puissance est envoyée aux quatre roues par le célèbre système Quattro, qui bénéficie d’une fonction vecteur de couple gérée par électronique.

Par rapport à une A3 Sportback normale, la carrosserie a été abaissée de 25 mm. La suspension a été revue. En option, on peut avoir le système de contrôle Audi magnetic ride. On peut aussi s’offrir des freins avant carbone-céramique, une première chez les compactes. La nouvelle RS3 passe de 0 à 100 km/h en 4,3 secondes, 0,3 seconde de mieux que l’ancienne. La vitesse maximale est de 280 km/h. Selon Audi, la consommation en cycle mixte est de 8,1 l/100 km.

Côté look, on retrouve des codes esthétiques propres aux RS, comme les rétroviseurs couleur aluminium. La RS3 ne fait pas dans le trop exubérant. On remarque à l’avant des prises d’air agrandies qui sont reliées entre elles par une lame. A l’arrière, on observe deux sorties d’échappement.

La nouvelle RS3 sera présentée au Salon de Genève, en mars. Elle arrivera dans les concessions à l’été 2015.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire