Le

Audi TT – Salon Genève 2014

Audi TT 2014 - 4

Dans quelques décennies, la TT fera t-elle référence à une lignée aussi prestigieuse que celle de la Porsche 911 ? On se pose la question en découvrant la troisième génération du petit coupé des anneaux, qui reste très fidèle à une silhouette dessinée dans les années 1990, toujours dans le coup !

Sans grande surprise, Audi a fait évoluer le design du TT par petites touches, comme cela avait été le cas avec la seconde génération. On retrouve les grandes lignes de base, le mélange de formes géométriques rigoureuses et de rondeurs (passages de roues, trappe réservoir, échappements), le côté lisse de la carrosserie.

Mais les designers ont tout de même souhaité muscler le TT, notamment au niveau de la face avant. La calandre est plus large et plus plate, les anneaux sont posés en bout de capot comme sur la R8. Les optiques sont anguleuses et affinées. Sur les flancs, on remarque une petite cassure au niveau de la vitre arrière. A l’arrière, les feux sont un peu plus travaillés.

Mais avec le TT III, le plus intéressant se trouve à l’intérieur. Prendre place derrière le volant est une vraie expérience. On découvre une planche de bord très dépouillée, digne d’un concept-car. Pour Audi, l’idée a été de « faire mieux avec moins ». Pour cela, deux astuces. D’un côté, on a des commandes de climatisation directement installées dans les aérateurs, dont le design rappelle les turbines d’un avion. D’un autre, le combiné d’instrumentation et l’écran MMI ne font plus qu’un, en face du conducteur.

On retrouve donc un unique écran TFT 12,3 pouces, avec différents modes d’affichage. En position classique, les compteurs sont au premier-plan, en mode infodivertissement ils sont plus petits pour laisser de la place aux autres fonctions, comme la navigation. Quand la carte occupe tout l’espace, l’effet est saisissant. Le TT reste une 2+2. Les grands sont donc toujours bannis des places arrière ! Le coffre gagne 13 litres, avec un volume de 313 litres. Mais la forme très particulière de la malle empêchera le transport des grandes valises.

Le TT 3ème du nom repose sur une nouvelle base, la plate-forme modulaire MQB. La longueur de l’auto ne change pas : 4,18 mètres. Mais l’empattement gagne 37 mm. La hauteur ne bouge pas : 1,35 mètre. La carrosserie est toujours réalisée en aluminium et acier avec le principe du bon matériau au bon endroit et en bonne quantité. La version de base (1230 kg) est 50 kg plus légère que celle de l’ancien modèle.

Lors du lancement, deux moteurs quatre cylindres seront proposés pour le TT « classique ». On aura le choix entre l’essence 2.0 TFSI 230 ch et le diesel 2.0 TDI 184 ch. Grâce à lui, Audi annonce des émissions de C02 débutant à 110 g/km. Le Stop and Start est de série sur les deux modèles. La boite robotisée S-Tronic est en option sur le TFSI.

Audi propose aussi du départ la version S du TT. Celle-ci se reconnaît à son kit carrosserie spécifique. Elle est équipée d’un 2.0 TFSI de 310 ch, qui développe un couple de 380 Nm disponible de 1800 à 5700 tr/min. Avec le TTS, le 0 à 100 km/h est réalisé en 4,7 secondes.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire