Le

Les « Autolib » bientôt à Londres

Bolloré Bluecar

Les petites autos électriques du groupe Bolloré disponibles en auto-partage dans les rues de Paris, Lyon et Bordeaux, devraient faire leur entrée dans la capitale anglaise d’ici l’année prochaine. Une centaine de voitures seraient installées pour commencer. 

En décembre dernier, Bolloré a obtenu un marché important : la gestion des points de recharge pour véhicules électriques dans la ville de Londres. L’entreprise française doit mettre aux normes les 1400 bornes existantes, en installer autant d’ici la fin 2014, avant d’atteindre d’ici quatre ans la barre des 6000 points.

Aujourd’hui, Bolloré a annoncé qu’il avait aussi l’intention de déployer dans les rues londoniennes son système d’auto-partage de voitures « branchées », comme c’est le cas à Paris (Autolib) ou à Lyon (BlueLy). Une centaine d’autos seraient mises en circulation d’ici mars 2015. L’objectif est d’en avoir à terme 3000.

Il s’agit toujours du modèle BlueCar, équipé d’un bloc électrique de 50 kW l’équivalent de 68 ch. L’énergie est fournie par une batterie lithium-métal-polymère. En cycle urbain, l’autonomie est de 250 km. Bien évidemment, l’auto sera revue pour avoir un volant à droite.

Cependant, tout ne sera pas facile pour Bolloré puisque la municipalité ne va pas l’aider dans le déploiement du système selon le Figaro. En clair, l’initiative de Bolloré est 100 % privée. Pour obtenir un à un les emplacements des bornes, tout va se faire arrondissement par arrondissement . Et ceux-ci ne sont pas particulièrement enthousiastes face au projet, jugeant le nombre d’utilisateurs d’électriques trop faibles (estimé à 1000 actuellement). L’investissement sera de 120 millions d’euros. Le français se donne 3 à 7 ans pour atteindre l’équilibre financier.

Mais le fait que la capitale britannique fasse de plus en plus la chasse aux voitures dans son centre, avec notamment son système très contraignant de péage urbain, pourrait encourager les londoniens à rapidement adopter ces petites françaises.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire