Le

Un français sur trois téléphone au volant

Chaque année, depuis 2004, Axa publie un baromètre sur le comportement des français au volant. L’assureur révèle des progrès notables sur les risques liés à la grande vitesse et à l’alcool. Mais deux points inquiètent : le danger grandissant des smartphones et la vulnérabilité des jeunes.

L’étude d’Axa montre que si les chiffres de la sécurité routière se sont améliorés au cours des dix dernières années, la part de bons conducteur n’a pas augmenté. Explication : de nouveaux risques sont apparus, à commencer par l’usage du téléphone au volant. 34 % des conducteurs reconnaissent téléphoner sur la route, contre 18 % en 2004.

Les automobilistes font aussi moins attention aux risques liés à la fatigue. 30 % avouent conduire 4 à 5 heures d’affilée sans s’arrêter, contre 23 % en 2004. Les jeunes sont d’ailleurs de très mauvais élèves en sous estimant ces dangers. 57 % téléphonent au volant et 62 % prennent la route en état de fatigue.

Les mauvais comportement sont encore nombreux en ville. 1 personne interrogée sur deux roule à plus de 65 km/h et n’utilise pas systématiquement son clignotant. 3 sur 4 ne s’arrêtent pas toujours au feu orange.

Il y a quand même des progrès, notamment du côté des grands excès de vitesse. 2 français sur 10 reconnaissent qu’il leur arrive de rouler à plus de 170 km/h sur autoroute, contre 3 sur 10 en 2004. 6 % avouent avoir pris le volant après avoir bu 4 à 5 verres d’alcool, deux fois moins qu’il y a dix ans.

Axa profite de l’anniversaire de son baromètre pour faire un bilan de l’évolution du profil des conducteurs français. Un constat important : la population des automobilistes s’est séniorisée. 40 % des conducteurs sont âgés de 55 à 75 ans en 2014 contre 30 % en 2004. Et la part des 18-25 ans a été divisée par deux, passant de 8 à 4 %. On trouve désormais sur la route autant d’hommes que de femmes (52 % d’hommes en 2004).

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire