Le

Une BMW M5 à 700 000 $ !

BMW M5 30 ans - 1

Un exemplaire de la BMW M5 vient d’être vendu aux USA la somme affolante de 700.000 $. C’est quasiment sept fois plus que le prix de base en concessions. Explications.

De l’autre côté de l’Atlantique, les constructeurs américains ont l’habitude de vendre aux enchères le premier exemplaire d’une nouvelle sportive au profit d’une association. Une tradition que BMW avait imitée l’année dernière pour la première i8 livrée sur le sol US.

Il y a quelques jours, la firme allemande a vendu au son du marteau un autre de ses bolides, une M5. Mais vous l’aurez surement compris, ce n’était pas un véhicule comme les autres. La firme à l’hélice a fait les choses à l’envers. Elle n’a pas mis en vente un premier exemplaire mais un dernier !

Il s’agissait de l’ultime modèle de la série « 30 Jahre », une édition limitée qui avait été dévoilée l’année dernière à l’occasion des 30 ans de la M5. Parmi les signes distinctifs de cette série produite à seulement 300 exemplaires, le plus intéressant était sous le capot. En effet, le V8 4.4 litres avait été revu par les ingénieurs de BMW pour être encore plus puissant. Grâce à une augmentation de la pression des deux turbos, le nombre de chevaux avait été porté de 575 à 600. Cette M5 était donc l’auto de série la plus musclée de l’histoire de la marque allemande. Quand on pense que la première, née en 1984, avait 286 ch !

Le fait que ce soit la dernière chance pour acheter la plus puissante des M5 jamais construite a dû booster les enchères. Celles-ci se sont donc terminées lors de la vente orchestrée par la maison Barrett-Jackson à la somme folle de 700.000 $. L’auto a été acquise par Rick Hendrick, qui possède une écurie de Nascar et qui est un habitué de ce genre de ventes aux enchères. Les fonds récoltés seront reversés à une association américaine spécialisée dans la prévention routière auprès des jeunes conducteurs.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire