Le

Bugatti Veyron : la dernière a été vendue !

Bugatti Veyron Ettore Bugatti - 2

Voilà, c’est fini. Jean-Louis Aubert peut enfin chanter son célèbre petit air à propos de la plus incroyable des supercars produites en série. Le 450ème et dernier exemplaire vient de trouver preneur.

C’est la fin d’une belle aventure. La Veyron aura régné sur le segment des supercars pendant une décennie (à ce niveau de puissance il faut d’ailleurs plutôt parler d’hypercars). Dès le début du projet, en 2001, Bugatti avait annoncé que seulement 450 exemplaires seraient fabriqués.

Une quantité très limitée… mais curieusement l’auto ne s’est pas arrachée. Il se murmure même que Bugatti a eu du mal à vendre les derniers exemplaires. Peut-être que les clients intéressés attendaient pour s’offrir la toute dernière ! Celle-ci sera dévoilée la semaine prochaine au Salon de Genève, à côté de l’exemplaire numéro 1, et se nommera tout simplement « La Finale ».

La production de la Veyron a débuté en 2005. Dans les entrailles de la bête, un W16 8.0 litres de 1001 ch, capable de propulser l’engin à plus de 400 km/h. La dernière Veyron « standard » a été livrée fin 2011. Bugatti a ensuite proposé les Super Sport et Grand Sport Vitesse, gonflées à 1.200 ch. En coupé, l’auto a réussi à atteindre 434 km/h, un record pour un véhicule de série. Le 0 à 100 km/h est réalisé en 2,5 secondes, moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.

L’usine de Molsheim en Alsace va terminer au cours des prochains mois l’assemblage des derniers exemplaires commandés. Mais elle pense déjà à la suite : une nouvelle Bugatti de l’extrême devrait être lancée en 2016. Voire plus, car si on a bien appris une chose avec la Veyron, c’est d’être patient.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire