Le

Chrysler SRT Viper : à l’arrêt

Chrysler SRT Viper

Grosse déception pour Chrysler. La dernière génération de la supercar du groupe, surement le modèle le plus emblématique, se vend très mal. La production doit être stoppée pour deux mois, le temps de réduire un peu les stocks. 

La Viper avait fait son grand retour au Salon de New York 2012, sous un nouveau label. Exit Dodge, place à SRT, la marque sportive du groupe Chrysler. C’était un peu le porte-drapeau du nouveau départ de l’américain, secoué par la tempête économique et racheté par l’italien Fiat. La Viper avait d’ailleurs été l’une des premières victimes de la crise. La production de l’ancienne génération avait ainsi été purement et simplement stoppée en juillet 2010.

L’arrivée d’un modèle inédit avait donc été un événement. Mais Chrysler a vite déchanté. Les ventes n’ont jamais été au niveau des espérances. Pourtant la marque avait été réaliste en fixant des objectifs annuels plutôt bas, avec 1600 autos par an. Mais au final, en 2013, moins de 600 autos ont été immatriculées. Sur les deux premiers mois de 2014, 91 Viper ont été vendues.

Chrysler a donc pris la décision de stopper la production de l’auto, à partir du 14 avril et jusqu’au 23 juin. 91 ouvriers vont être mis au chômage. Au cours de ces deux mois, la marque espère réduire le stock, qui compte plus de 750 autos. Un nouveau coup dur, la cadence ayant déjà été ralentie cet automne.

Peut-être que si la marque avait eu l’idée de commercialiser l’auto en Europe, elle en aurait un peu moins sur les bras en ce moment. Pendant ce temps, sa rivale de chez Chevrolet, la Corvette C7, connait un très bon début de carrière dans le monde…

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire