Le

Dacia Sandero Black Touch

Dacia Sandero Black Touch

Née il y a deux ans, la Sandero est toujours sur la route du succès. De janvier à août, 31.667 exemplaires ont été vendus en France. Par rapport à la même période de 2012, c’est un nombre en hausse de 12 %. Mais Dacia ne reste pas les bras croisés en contemplant sa réussite. Pour attirer davantage de clients, il propose une nouvelle série limitée de sa citadine, la Black Touch.

Selon le constructeur roumain, la Sandero Black Touch c’est « encore plus de style et d’équipements ». Pour le design, cette version se dote de coques de rétroviseurs et d’un stripping de pied milieu noir nacré. Les jantes de 15 pouces ont un design inédit. Huit couleurs de carrosserie sont disponibles, dont un nouveau gris comète.

A l’intérieur, on trouve des élément couleur noir nacré : enjoliveur de façade centrale, poignées de tirage et insert sur le volant. Les poignées d’ouverture de porte sont chromées. L’équipement est complet. La Black Touch est basée sur la version Lauréate. Elle gagne en série le système Media NAV, avec écran tactile 7 pouces, navigation, radio, prises jack/USB et Bluetooth. Elle hérite aussi du régulateur/limiteur de vitesse.

Trois moteurs sont proposés. On a le choix entre deux essence, le 1.2 16V 75 ch ou le 0.9 Tce 90 ch. Le diesel est le très connu 1.5 dCi de 90 ch, qui rejette 99 g/km de C02 et annonce une consommation en cycle mixte de seulement 3,8 l/100 km. Dans l’ordre des moteurs cités, les prix sont respectivement de 10.450, 11.700 et 13.150 €. C’est 400 euros de plus que la Lauréate mais le client est au final gagnant puisque les équipements supplémentaires ont une valeur de 800 euros. L’auto est garantie trois ans ou 100.000 km. Les commandes seront ouvertes le 2 octobre.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire