Le

Une Dacia à 5.000 € l’année prochaine ?

Dacia Sandero

Renault va bientôt présenter en Inde une citadine low-cost vendue l’équivalent de 3.500 €. Ce modèle pourrait arriver en Europe avec le badge Dacia.

L’histoire va t-elle se répéter ? La marque au losange met actuellement au point une gamme de modèles « ultra low cost ». Selon le journal les Echos, quatre véhicules seraient dans les cartons, mesurant tous moins de quatre mètres : une berline à coffre, une berline à hayon, un SUV et une 7 places. La première qui devrait entrer en production serait la citadine deux volumes. Son prix de base en Inde devrait avoisiner les 3.500 €.

Mais comme pour la Logan il y a dix ans, ces autos à prix cassé sont d’abord pensées pour les pays émergents. L’Inde donc mais aussi des pays d’Amérique du Sud, comme le Brésil. Mais on se souvient de l’histoire de la Logan : elle a été lancée chez nous un an après sa première présentation et a été un carton qui a donné naissance à une gamme complète de Dacia.

La future Renault pas chère, que l’on pourrait découvrir en janvier, a des chances d’être commercialisée dans nos contrées avec le logo Dacia. La décision n’a pas encore été prise par le constructeur français. Toujours selon les Echos, celui-ci doit se décider en début d’année prochaine. A coup sûr, il va observer de près les réactions des européens lors de la présentation du modèle indien. Si Renault choisit de faire venir ce véhicule sur le Vieux Continent, il devrait être fabriqué dans l’usine de Tanger au Maroc, qui tourne au ralenti, les Dokker et Lodgy se vendant mal.

Si cette citadine arrive chez nous, son prix devrait grimper à 5.000 voire 6.000 euros, Renault étant obligé de revoir l’auto pour la mettre aux normes en matières de sécurité et de pollution. Ce sera environ 2.000 euros de moins que la Sandero (photo) !

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire