Le

DS présente le concept Divine

DS Divine Concept - 5

DS, devenu cette année une marque à part entière dans le groupe PSA, est français. On le savait puisque le label est né chez Citroën. Mais la firme juge bon de le rappeler dans sa présentation de ce concept Divine. On la comprend, tellement DS avait la tête en Chine ces dernières années…

DS est né en 2009… et n’a quasiment plus créé l’événement en Europe depuis 2011. Cette année-là, la DS5 a été dévoilée à Shanghai. Puis les concepts Numéro 9 et Wild Rubis ont fait leur première apparition dans l’Empire du Milieu. Pire encore, les derniers modèles de série siglés DS, les 5LS et 6WR, ont été uniquement pensés pour la Chine.

Il semblait impératif que DS se fasse remarquer au Mondial de l’Automobile à Paris tellement la marque nous vante ses origines parisiennes dans ses communiqués. Faute d’un nouveau modèle, DS a donc choisi l’option concept-car inédit, avec la Divine DS.

Longue de 4,21 mètres, l’auto adopte une silhouette de compacte quatre portes. Elle est plus courte de 7 cm que la DS4 mais sur le papier semble bien plus imposante. Normal, elle est plus large de 17 centimètres, avec 1,98 mètre. Comme toujours, chacun se fera son propre avis sur le design. De notre côté, on est un peu déçu. La Divine n’est pas moche, loin de là, mais pour une marque qui se veut jeune et innovante, elle n’est pas très créative esthétiquement.

On a trop d’impressions de déjà-vu en faisant le tour de ce concept : un avant un peu typé Audi, un arrière aux airs d’Alfa Romeo Brera… On retrouve la nouvelle calandre DS Wings, qui se prolonge sous les optiques. L’auto adopte un toit dont le traité évoque les écailles d’un reptile, avec des facettes qui alternent mat et satiné, opacité et transparence. L’effet est prolongé jusqu’au coffre, supprimant ainsi la lunette arrière. L’une des écailles cache la caméra de recul. Les optiques se dotent de la technologie laser, qui génère un éclairage 50 % plus puissant que des LED classiques. Pour la déco, les phares intègrent des cristaux Swarovski.

A l’intérieur, on trouve une console centrale recouverte d’or blanc évoquant une colonne vertébrale. Le conducteur a face à lui un volant rectangulaire. Les commandes sont regroupées sur un écran tactile 10,4 pouces, situé à la place du rétroviseur central. La Divine DS inaugure le concept d’hypertypage. Comprenez par là une super personnalisation puisqu’on peut changer en une quinzaine de minutes la planche de bord et les contre-portes. Trois univers ont été créés par DS.

Sous le capot, du classique, avec le désormais connu 1.6 THP de 270 ch, qui offre un couple maximal de 330 Nm dès 1.900 tr/min. Si vous êtes du côté de Chantilly ce week-end, sachez que l’auto sera exposée au concours d’élégance organisé dans cette ville.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire