Le

Ferrari 250 GTO : vente aux enchères record

Ferrari 250 GTO

La Ferrari 250 GTO est source de toutes les folies. Elle le prouve une nouvelle fois avec un prix record pour une auto vendue aux enchères.

Composée de quatre modèles (458, F12 Berlinetta, California et FF), la gamme « classique » de Ferrari est plutôt bien fournie. Avec un marché du luxe automobile en pleine forme (notamment grâce à l’Asie), la marque italienne pourrait battre en permanence des records de ventes.

Mais elle a fait le choix de limiter sa production annuelle à 7.000 autos. La firme transalpine souhaite préserver son image d’exclusivité… et pense aussi à l’avenir. Moins il y aura de Ferrari dans la nature, plus celles qui resteront prendront de la valeur.

Actuellement, la 250 GTO est un formidable exemple du « ce qui est rare est cher ». Seulement 36 exemplaires ont été assemblés entre 1962 et 1964. Dès qu’un modèle est sur le marché, il s’arrache à prix d’or. L’année dernière, une 250 GTO a été vendue plus de 50 millions de dollars lors d’une transaction privée. Ce véhicule est ainsi devenu le plus cher du monde.

Et la diva italienne vient de battre un nouveau record cette année. Lors d’une vente aux enchères organisée en Californie lors du Concours d’Elégance de Pebble Beach, la 250 GTO Berlinetta dotée du numéro de châssis 3851 GT a été vendue plus de 38 millions de dollars. C’est la somme la plus élevée atteinte par une voiture lors d’enchères. Le précédent record était détenu par une Mercedes-Benz W196 de 1954 ayant appartenue à Juan Manuel Fangio. L’auto avait été adjugée en 2013 30 millions de dollars.

Le tout premier propriétaire de cette 250 GTO fut un pilote français, Jo Schlesser, qui termina deuxième du Tour de France Automobile 1962. Le nom du nouvel acquéreur n’a pas été divulgué.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire