Le

Hambourg veut devenir une ville sans voitures !

Imaginez Paris sans aucune voiture. Pour se déplacer dans la capitale, il faudrait faire avec les transports en commun… et vos jambes. Impossible non ? Et pourtant, une grande ville sans véhicule, on y pense en Allemagne. Hambourg se donne vingt ans pour réaliser cet audacieux pari, une première en Europe. 

Hambourg est la deuxième ville d’Allemagne, avec environ 1,8 million d’habitants en 2012. C’est une métropole portée sur l’écologie puisque près de 40 % de sa superficie est constituée d’espaces verts, de parcs et jardins, d’installations sportives, de places piétonnes… et de cimetières.

L’idée est d’aller encore plus loin. Le nouveau projet de la mairie a une finalité ambitieuse : dans quinze ou vingt ans, habitants et visiteurs doivent être en mesure d’explorer toute la ville à pied ou à vélo. Hambourg souhaite donc créer encore plus d’espaces verts et veut les relier entre-eux avec des voies piétonnes et des pistes cyclables, en plus des habituels transports en commun. Ce « réseau vert » doit donc couvrir toute la zone urbaine et pas uniquement la périphérie.

Les bénéfices sont logiques. La qualité de l’air dans la ville serait améliorée pour un meilleur confort de vie des habitants. Hambourg réduirait ses émissions de polluants et de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique.

Selon le chef du Parti Vert au parlement du Land de Hambourg, Jen Kerstan, « Beaucoup d’habitants sont prêts à renoncer à leur voiture, ce qui est très rare en Allemagne ».

Pour l’instant, l’idée est quand même plus d’inciter les gens à se passer de leur véhicule en leur prouvant que l’on peut facilement faire sans dans Hambourg que de leur interdire purement et simplement avec des barrières à l’entrée.

Une ville allemande qui fait la chasse au fruit de l’une des industries les plus puissantes du pays, il fallait oser.

Via theguardian

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire