Le

Une Harley-Davidson électrique !

Harley Davidson Projet LiveWire

Lorsqu’on s’apprête à croiser une Harley, généralement on le sait avec un petit peu d’avance, le bruit de l’échappement étant si caractéristique. Et ces pétarades nous donnent souvent le sourire, bien plus que les 50 cm3 débridés qui nous agressent les oreilles à longueur de journées. Mais imaginez une Harley qui ne ferait pas ce fameux son.

Impossible ? Et pourtant, c’est déjà une réalité. Le constructeur américain vient de présenter un modèle électrique, nommé « Projet LiveWire ». Il indique d’ailleurs que le conducteur et le passager pourront discuter sans hurler même en vitesse de croisière. L’engin ne sera pas pour autant silencieux comme une Renault Zoé. Harley évoque une sonorité proche d’un avion de chasse (on arrive rarement à converser quand un appareil de la sorte passe dans le ciel…). La puissance est de 74 chevaux. La marque annonce une autonomie d’environ 160 kilomètres. Il faut 4 secondes pour monter à 110 km/h.

Comme son nom l’indique, ce deux-roues en est pour l’instant au stade du prototype. Harley-Davidson n’a pas encore prévu de produire à grande échelle cet engin. Il va tout de même en mettre en circulation 30 exemplaires aux Etats-Unis, notamment sur la mythique route 66, pour tester les réactions des fidèles clients et du public. Les modèles viendront ensuite se dégourdir les pneus sur l’asphalte européen.

Si Harley se décide à commercialiser cette moto branchée, ce serait un véritable tournant pour l’entreprise, dont l’écologie n’est pas vraiment le fond de commerce. Mais Harley-Davidson ne cherche pas uniquement à sauver la planète. Il veut surtout trouver une nouvelle clientèle, plus jeune. Le look futuriste de la « Projet LimeWire » est déjà un bon début pour moderniser l’image de la marque.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire