Le

Honda HR-V : enfin prêt pour l’Europe

Honda HR-V - 5

Dévoilé au Japon fin 2013, avec le patronyme Vezel, le nouveau SUV compact de Honda arrive enfin chez nous en livrée définitive.

Pour une fois, je vais écrire à la première personne, pour vous dire que je crois au succès de ce modèle sur le continent européen. Vous allez me répliquer que je ne me mouille pas vraiment, le HR-V débarquant dans une catégorie en plein expansion. Mais le HR-V a, à mon goût, un bel atout qui fera la différence : un design athlétique.

J’aime sa silhouette dynamique, avec une surface vitrée réduite, un toit plongeant et une lunette inclinée. S’inspirant de l’univers du coupé, le HR-V cache ses poignées de portes arrière dans les montants. Je ne lui fais qu’un reproche pour la partie extérieure : ses feux arrière auraient grandement gagnés à être plus fins.

A l’intérieur aussi, le HR-V se démarque de ses rivaux avec une planche de bord aux formes originales. Je suis personnellement moins séduit d’un premier abord mais j’ai hâte de le voir en vrai au Salon de Genève pour me faire une meilleure idée : le petit levier de vitesses implanté sur le tunnel central rehaussé pourrait me charmer. La console centrale est orientée vers le conducteur, avec en partie haute un système multimédia à écran tactile utilisant Android comme système d’exploitation.

Pour l’instant, je n’ai pas d’enfant. Le fait que la firme japonaise annonce que le HR-V devrait être une référence dans la catégorie en matière d’habitabilité ne m’intéresse guère. En revanche, le volume de coffre généreux (453 litres) associé à une banquette arrière qui se rebat rapidement en formant un plancher plat me séduit davantage.

Si jamais je devais l’acheter (à partir de cet été), j’aurais le choix entre deux moteurs : un nouveau 1.5 essence i-VTEC de 130 ch ainsi qu’un 1.6 diesel i-DTEC de 120 ch. A noter qu’aucune transmission intégrale n’est au programme. Ce qui une fois de plus, ne me touche guère. Je préfère savoir que l’équipement en matière de sécurité sera complet avec système de freinage automatique en ville, alerte de franchissement de ligne ou encore lecture des panneaux de signalisation.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire