Le

Lexus GS F : V8, 473 ch

Lexus GS F - 4

Amateurs de berlines puissantes mais discrètes, passez votre chemin ! La Lexus GS F assume son côté très exubérant pour se faire remarquer face aux éternelles rivales allemandes.

> Berline sportive > V8 5.0 473 ch > La cible : BMW M5 > Commercialisation en fin d’année

Lassé des BMW et Mercedes ? Pourquoi ne pas aller voir ce qui se passe chez Lexus. Le constructeur premium de Toyota s’est spécialisé dans les hybrides mais il laisse de temps en temps ses ingénieurs et ses designers concevoir des sportives qui ne se soucient pas vraiment d’écologie.

Après le coupé RC F, voici la berline GS F, rivale des M5 et Classe E 63 AMG. Sous le capot, un V8 atmosphérique de 473 ch. Une belle puissance, atteinte au régime de 7.100 tr/min… mais les germaniques restent loin devant (de 560 à 600 ch pour la BMW et de 557 à 585 ch pour la Mercedes).

Mais tout n’est pas question de chevaux. La Lexus met en avant un poids de 1.830 kg, soit une centaine de moins que ses rivales. Voilà qui pourra faire la différence sur les trajets sinueux, d’autant que l’asiatique est équipée d’un différentiel à vecteur de couple, qui favorise l’agilité ou la stabilité selon trois modes de fonctionnement : Standard, Slalom et Track. La boîte est une automatique à 8 rapports. On peut passer manuellement les vitesses grâce à des palettes au volant. Lexus n’a pas encore donné des chiffres de performance.

Comme on l’a dit au début de cette news, la GS F ne fait pas dans la discrétion d’un point de vue esthétique avec son énorme calandre en forme de diabolo, qui semble racler la route. Le regard est menaçant, avec des optiques affinées que l’on devrait rapidement retrouver sur les GS « normales ». A l’arrière, il y a quatre sorties d’échappement. Le conducteur et le passager prennent place dans de jolis sièges baquets intégrant l’appui-tête.

La GS F devrait arriver chez nous en fin d’année.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire