Le

Mauvais temps pour les cabriolets

BMW Série 2 Cabriolet - 6

Le soleil ne brille plus au-dessus du marché des cabriolets. La production de découvrables en Europe et aux USA a quasiment été divisée par deux en sept ans.

Les modes vont et viennent. Et actuellement, les modèles qui s’apprécient cheveux dans le vent n’ont pas vraiment la cote. Seulement 444.000 cabriolets ont été produits sur le Vieux Continent et aux Etats-Unis l’année dernière, contre 827.000 en 2007. Le volume a presque été réduit de moitié ! Logiquement, la part de marché de ces autos aux USA et en Europe est aussi en fort recul. Elle est passée de 5,4 à 3,3 %.

Le marché des cabriolet avait été boosté chez nous au début des années 2000 grâce au lancement de la petite Peugeot 206 CC, qui s’est écoulée à plus de 350.000 exemplaires en six années de carrière. Mais la clientèle de ce type de véhicules est très volatile et est particulièrement sensible aux modes. Il y a d’abord eu la déferlante des citadines premium que l’on peut personnaliser à l’envie. Puis il y a eu la vague des crossovers, avec notamment l’original Nissan Juke.

Les clients préfèrent opter pour un grand toit en verre panoramique ou un toit ouvrant, qui permet de profiter des rayons du soleil sans avoir les inconvénients du cabriolet, généralement peu polyvalent. Il devrait donc y avoir un petit cercle vicieux : les ventes de découvrables baissent, les constructeurs vont donc moins en proposer car la rentabilité n’est plus au rendez-vous, l’offre va se réduire…

On devrait assister dans les années à venir à la multiplication de cabriolets « light ». La mode a déjà commencé cette année, avec par exemple l’Opel Adam Rocks dotée d’un grand toit ouvrant en toile. Les citadines Citroën C1, Peugeot 108 et Renault Twingo sont aussi proposées avec un équipement similaire.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire