Le

Mini présente une trottinette électrique !

Mini Citysurfer - 1

En 2013, Mini a dévoilé au Salon de Los Angeles la nouvelle génération de la Hatch. Cette année, la firme anglaise présente en Californie un drôle de deux roues, le Citysurfer.

Cet engin ressemble à un croisement entre un vélo électrique et une trottinette. Pour Mini, il est idéal en utilisation urbaine en complément de la voiture. Avec lui, on peut abandonner son véhicule en périphérie et terminer son trajet sans effort.

Le Citysurfer avance grâce à un moteur électrique logé dans la roue arrière. Il est capable d’atteindre 25 km/h. L’accélérateur est au pouce. L’énergie est fournie par une batterie lithium-ion située dans le cadre. La recharge se fait via la prise 12V de son véhicule ou à la maison avec une prise classique. Comme sur les autos, l’énergie dégagée au freinage est récupérée. L’autonomie varie entre 15 et 25 km. Lorsque la batterie est vide, le moteur électrique s’arrête et est déconnecté du moyeu de la roue. On termine alors son trajet à la force des jambes !

Pesant 18 kilos, le Citysurfer peut être plié pour tenir facilement dans le coffre de sa voiture. Selon Mini, il prend moins de place qu’un vélo pliant. Les grandes roues sont dotées de pneumatiques robustes, avec au-dessus des garde-boue pour éviter les salissures. La hauteur de guidon peut être réglée pour trouver une position de pilotage confortable. Il est possible de fixer son smartphone au gidon, afin d’avoir face à soi un GPS. Le téléphone peut d’ailleurs être rechargé par l’alimentation électrique du Citysurfer.

Pour l’instant, cet engin est un concept et Mini n’indique pas si une commercialisation est envisagée.

Mini Citysurfer - 2

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire