Le

Nissan Pulsar : tarifs agressifs

Nissan Pulsar -6

Lorsqu’on a découvert la Pulsar, on s’était dit que pour séduire la clientèle française l’auto miserait davantage sur son habitabilité ou son équipement que sur son look. Aujourd’hui, on découvre qu’elle pourra aussi jouer la carte des prix agressifs.

Huit ans après l’arrêt de l’Almera, Nissan s’apprête à faire son retour sur le segment des compactes, avec la Pulsar. Cette auto adopte une apparence très classique, histoire d’attirer ceux qui n’aiment pas particulièrement le crossover Qashqai. Mais le japonais se doute que l’auto aura un peu de mal à se faire une place dans une catégorie bien fournie, gorgée de stars (Astra, Focus, Golf, 308…). Il semble donc qu’il souhaite miser sur un bon rapport prix/équipements pour faire la différence.

Pourtant, à première vue, la Pulsar n’a pas l’air pas donnée. Son tarif de base est de 18.790 euros alors que celui de la 308 est de 18.200 € et celui d’une Leon de 18.395 €. Mais la Peugeot et la Seat sont respectivement dotées d’un bloc de 82 et 86 ch quand la Nissan a un moteur de 115 ch. A puissance à peu près équivalente, la française (125 ch) grimpe à 22.600 € (cependant avec une finition mieux équipée) et l’espagnole (110 ch) est à 19.455 €.

L’écart avec la lionne est tout aussi important chez les diesel. Avec le dCi 110 ch, la Nissan commence à 21.290 euros alors qu’une 308 1.6 HDI 115 ch Active est à 25.400 euros ! En revanche, la différence est moins importante avec la Leon TDI 110 Reference, à 21.440 euros. Mais la japonaise garde l’avantage !

Quatre finitions sont disponibles. Nissan n’a en revanche pas encore donné les listes d’équipements correspondantes. Les concurrents pourront donc peut-être se rattraper à ce niveau.

Les TARIFS :

Essence DIG-T 115 ch

> Visia : 18.790 €, Acenta : 20.690 €, Connect Edition : 21.940 €, Tekna : 24.290 €

Diesel dCi 100 ch

> Visia : 21.290 €, Acenta : 23.190 €, Connect Edition : 24.440 €, Tekna : 26.790 €

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire