Le

La nouvelle Opel Corsa OPC en 3 points clés

Opel Corsa OPC - 1

La déclinaison sportive de la citadine Opel est de retour. La nouvelle OPC est toujours équipée d’un 1.6 Turbo. La puissance dépasse désormais les 200 ch.

> Le design

La nouvelle Corsa n’est en réalité pas si nouvelle que cela. Il s’agit d’un gros restylage de l’ancienne, ce qui explique que la silhouette à un air de déjà vu. L’OPC reçoit évidemment un kit carrosserie spécifique, qui comprend par exemple un bouclier avant intégrant des entrées d’air cerclées de chrome comme sur la grande sœur Astra OPC. A l’arrière, il y a deux sorties d’échappement et un imposant aileron au-dessus du coffre. Dans l’habitacle, on trouve des sièges Recaro, un volant un méplat ou encore un pédalier en alu.

> Le moteur

Comme la précédente mouture, la nouvelle OPC est dotée d’un quatre cylindres 1.6 Turbo Ecotec. La puissance est en hausse, passant de 192 à 207 ch. Il y a déjà eu une Corsa OPC plus puissante, la série limitée Nürburgring avec 210 ch. Mais ici, le couple maxi de 245 Nm est disponible plus tôt (1.900 tr/min contre 2.250 tr/min). Grâce à une fonction overboost, on peut avoir 35 Nm supplémentaires pendant quelques secondes.

La puissance est envoyée aux roues avant via une boîte manuelle à 6 rapports. La Corsa OPC version 2015 peut atteindre 230 km/h et passe de 0 à 100 km/h en 6,8 secondes.

> Le châssis

Par rapport aux Corsa classiques, l’OPC est 10 mm plus près de la surface de la route. La direction a été remaniée pour être plus directe et plus précise. Le freinage est adapté, avec des disques de 308 mm. La nouvelle OPC est équipée d’amortisseurs auto-réglables : l’amortissement est adapté aux fréquences de rebonds enregistrées par la voiture. Le comportement de l’auto peut ainsi être sportif sans sacrifier le confort. Il est possible de déconnecter totalement l’ESP.

Opel propose en option un Pack Performance pour ceux qui veulent plus de sport. Il comprend, entre autres éléments, un différentiel multidisque à blocage mécanique et des freins Brembo.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire