Le

L’occasion du mois : une Ferrari LaFerrari

L’occasion du mois : une Ferrari LaFerrari

Il est connu que l’automobile est à la base loin d’être un bon placement financier. S’il vous est arrivé d’acheter une voiture neuve, vous avez forcément entendu un de vos proches vous dire «  A quoi ça sert ? A peine tu es sorti du garage avec ton véhicule qu’il a déjà perdu beaucoup de sa valeur ! ». Evidemment, cela ne fait jamais plaisir d’entendre cela… mais c’est la stricte vérité. Et la remarque vaut même pour une Porsche 911.

Seules quelques autos font figure d’exceptions à la règle. Et vous l’aurez compris, pour avoir affaire à une valeur refuge, il faut se tourner vers les sommets de la production automobile, rentrer dans le domaine du très exclusif. Ce qui est rare est cher. Et ce qui est très rare est donc très cher !

Le dernier bijou de Ferrari en fournit un très bel exemple. En mars 2013, la marque italienne dévoilait sa toute nouvelle supercar, sobrement nommée « LaFerrari », qui prenait la relève de l’Enzo. Une auto de 963 ch, la plus puissante de l’histoire de la firme, fabriquée à seulement 499 exemplaires, facturée 1,3 million d’euros pièce.

Même avec un prix pareil, tous les modèles ont rapidement trouvé preneur. Mais surprise, l’un d’eux se retrouve déjà sur le marché de l’occasion, dans un garage spécialisé dans les belles autos en Allemagne. Un modèle quasi-neuf qui n’a même pas 200 kilomètres au compteur. Et le prix a été revu… à la hausse ! Attention, c’est une sacrée inflation du tarif, puisqu’on passe de 1,3 à 2,38 millions d’euros !

Le prix explose mais parions que cette « LaFerrari » première main trouve rapidement un nouvel acquéreur. Nombreux ont été ceux qui ont été recalés devant l’impitoyable sélection de Ferrari pour attribuer les autos, qui sont d’ordinaire réservées en priorité à des clients très fidèles. Une deuxième chance s’offre donc à eux et généralement, à ce niveau de prix, même si cela est indécent, on n’est plus vraiment à un million près.

Voilà en tout cas une affaire qui va rassurer les autres propriétaires sur leur investissement.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire