Le

L’occasion du mois : McLaren P1

McLaren P1

Des hypercars issues d’une production ultra limitée qui se retrouvent rapidement sur le marché de l’occasion, c’est une situation que l’on a toujours du mal à comprendre et qui se répète pourtant régulièrement. Déception du propriétaire ou envie de tenter un bon coup financier ?

McLaren n’a assemblé que 375 exemplaires de la P1, sa super-sportive hybride, digne héritière de la mythique F1. C’est une production encore plus limitée que celle de la rivale au cheval cabré, la « LaFerrari », dont 499 exemplaires seront fabriqués.

Généralement, avec ce genre de voitures, la demande est bien supérieure à l’offre et le constructeur en question peut s’offrir le luxe de trier les clients sur le volet, en sélectionnant des personnes qui « méritent » leur auto (acheteur fidèle, connu…). On se demande alors comment certains chanceux peuvent se séparer de leur acquisition très rapidement !

Un site d’occasion hollandais vient ainsi de mettre en vente non pas une mais deux McLaren P1, qui portent les numéros 24 et 54. La première a un peu servi puisqu’elle a 1.450 kilomètres au compteur. La seconde n’en a en revanche que 24 ! La P1 a t-elle fait des déçus ou a t-elle été vendues à des spéculateurs ?

Car ce qui est rare est cher… et donc ce qui est très rare est très cher. A la base, l’auto coûtait un peu moins d’1,1 million d’euros. Et ces deux modèles sont respectivement vendus 1.475.000 et 1.525.000 euros ! Si vous n’avez pas été choisi par McLaren dans un premier temps, voici une chance de vous rattraper !

On se souvient qu’en janvier une LaFerrari d’occasion avait été mise en vente 2,38 millions d’euros alors que son prix neuf était de 1,3 million !

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire