Le

Opel Adam : le cap des 100.000

Opel Adam Rocks - 5

Lors du Mondial de l’Automobile 2012, la marque au blitz a dévoilé en grande pompe l’Adam, une petite citadine chic ultra personnalisable. L’auto vient de franchir la barre des 100.000 exemplaires commandés. Un chiffre plutôt flatteur… mais pour une marque comme Opel, est-ce vraiment un succès ?

L’Adam a été commercialisée début 2013. Il lui a donc fallu un petit peu plus d’un an et demi pour franchir ce cap symbolique, toujours marquant dans la carrière d’une auto. Evidemment, Opel parle de réussite et est fier des performances commerciales de sa puce. Mais lorsqu’on compare l’Adam à sa grande rivale, la Fiat 500, l’allemande fait bien moins la maligne.

En 21 mois, l’italienne avait atteint la barre des… 500.000 unités produites ! L’auto avait  dépassé toutes les espérances de la firme transalpine. L’Adam est bien loin d’un tel score. Pour défendre l’Opel, on va mettre en avant le fait que la 500 a un gros avantage : son allure néo-rétro, qui lui offre un capital sympathie et une notoriété très importants pour booster les ventes.

Pour bien se différentier de la 500, Opel avait fait le choix de ne pas s’inspirer d’une de ses productions passées pour sa petite chic…même si au final, lors de la présentation de l’auto au Mondial 2012, beaucoup ont trouvé que l’Adam n’était qu’une copie de la 500 ! Tentons de voir le verre à moitié plein que celui à moitié vide en disant qu’Opel est parti d’une feuille blanche et s’est aventuré dans une catégorie inédite pour lui. Il faut donc lui laisser un peu de temps… et ces 100.000 Adam sont 100.000 autos qu’il n’aurait pas vendu avant !

En interne, on espère d’ailleurs que l’Adam va monter en puissance au fil des années en se faisant connaître petit à petit. La marque allemande va aussi miser sur un élargissement de la gamme, avec notamment le lancement de l’originale Rocks (photo), dotée d’un look de crossover et d’un toit ouvrant en toile.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire