Le

Peugeot 308 GT : un peu de muscle

Peugeot 308 GT - 10

Dans le flot des nouveautés, on a failli l’oublier. Peugeot a dévoilé (il y a déjà quelques jours on l’avoue) une première déclinaison sportive de la nouvelle 308. La GT est proposée en berline et en break, en essence 205 ch et en diesel 180 ch.

Que les amateurs de compactes très énervées soient d’emblée rassurés : la marque au lion prépare une 308 bien plus puissante, la R, qui devrait avoisiner les 280 ch. Mais le constructeur français a voulu proposer avant des sportives abordables, pour ceux qui souhaitent quelques sensations sans exploser leur budget.

Avec la GT, Peugeot ratisse large puisque l’auto est disponible en carrosserie berline 5 portes ou break SW et peut fonctionner au sans-plomb ou au gazole. La version essence est dotée d’un 1.6 THP de 205 ch, associé à une boîte manuelle 6 rapports. Le couple maxi est de 285 Nm, disponible dès 1.750 tr/min. L’auto passe de 0 à 100 km/h en 7,5 secondes.

Pour le diesel, on a le nouveau 2.0 BlueHDI de 180 ch, au couple très généreux de 400 Nm. Souci : la boîte automatique 6 rapports EAT 6 est fournie d’office. Cette transmission n’est pas un modèle de dynamisme. On espère que Peugeot l’a revue pour coller parfaitement à l’esprit sportif de l’auto.

Il ne devrait pas y avoir de souci en terme de comportement routier, la 308 étant une référence sur son segment. Les ingénieurs ont adapté les réglages du châssis et ont revu le freinage, avec des disques avant de 330 mm. L’ESP peut être totalement déconnecté. On retrouve en série le Driver Sport Pack, qui agit sur différents paramètres : sonorité du moteur amplifiée, direction raffermie…

Côté look, comme pour les autres sportives de Peugeot, pas de tape-à-l’oeil. Les changements sont discrets, avec par exemple une calandre qui intègre le logo ou un nouvel habillage pour les prises d’air latérales, qui adoptent des clignotants à affichage dynamique. On remarque aussi les rétroviseurs noirs, les nouveaux bas de caisse ou la double sortie d’échappement. A bord, on trouve un pédalier en aluminium, une instrumentation avec un motif à damier ou encore des surpiqûres rouges à divers endroits.

Les prix ne sont pas encore connus.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire