Le

Peugeot dévoile la nouvelle 308 SW

Peugeot 308 SW 2014

Vous aviez une famille nombreuse mais vous n’aimiez pas les monospaces, jugeant que ce genre d’auto était plutôt destiné à vos parents qui venaient de partir à la retraite. Peugeot avait la solution en proposant un break 7 places. Il y a eu la 307 SW en 2002 puis la 308 SW en 2008. Mais celle qui prend la relève abandonne cette formule, qui avait fait ses preuves quelques années mais commençait à être boudée. De nos jours, les familles préfèrent les SUV et crossovers, plus à la mode.

Le break compact de Peugeot revient donc à une architecture intérieure classique. Avec cette nouvelle 308 SW, qui fera ses débuts en public lors du Salon de Genève en mars 2014, plus question d’avoir un 6ème et un 7ème passagers dans la soute. Et on oublie l’idée des trois sièges individuels en deuxième rangée.

On retrouve à la place une classique banquette, qui se rabat selon le format 1/3-2/3. L’opération peut s’effectuer en un simple geste depuis le coffre, grâce à des petites tirettes. On obtient alors un plancher parfaitement plat. La zone de chargement, qui annonce 610 dm3 en configuration 5 places, l’une des meilleures valeurs de la catégorie, montre des formes régulières. Pratique pour transporter des gros volumes.

Cette SW mesure 4,58 mètres de longueur. C’est 8 cm de plus que l’ancienne SW et 33 cm de plus que la nouvelle 308 berline. Le style gagne en élégance et en dynamisme, avec des formes moins caricaturales. Au niveau de la poupe, les feux verticaux laissent la place à des éléments très étirés, partant des ailes pour déborder sur le hayon, avec une forme de boomerang. La carrosserie adopte de nombreuses nervures. Élément incontournable des SW : le toit en verre.

On retrouve dans les entrailles de la bête la nouvelle plate-forme modulaire EMP2, gage d’allégement. Par rapport à l’ancien modèle, près de 140 kg ont été gagnés. Voilà qui bénéficiera aux consommations. La gamme des moteurs n’a été pas détaillée, mais Peugeot précise qu’ils répondent tous à la norme Euro 6 et qu’une version Blue HDI ne rejetant que 85 g/km de C02.

L’auto sera fabriquée dans l’usine de Sochaux. La commercialisation débutera au printemps.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire