Le

Une immatriculation à 12,5 millions d’euros !

Plaque immatriculation F1

La plaque d’immatriculation est un sujet sérieux dans de nombreux pays ! On avait pu s’en rendre compte en France lors de la mise en place du nouveau système, où certains avaient craint la disparition des départements. En Angleterre, on peut faire inscrire ce que l’on veut, moyennant finances. Et bien évidemment, cela donne lieu à de sacrées dérives.

L’automobile, un bon placement ? Non, à de très rares exceptions. Cela peut l’être avec des hypercars produites en petites séries. On a ainsi vu au printemps des McLaren P1 d’occasion mises en vente à des prix plus élevés que celui d’un exemplaire neuf. En Angleterre, il existe cependant un autre moyen de faire rapidement des bénéfices avec un objet lié aux véhicules.

Outre-Manche, on peut en effet faire personnaliser sa plaque en échange d’un petit chèque. Un business lucratif puisqu’en 2013, cela a rapporté 83 millions d’euros à l’Etat. Et une fois qu’on est propriétaire d’un numéro, on est libre de le revendre au prix que l’on souhaite. Il suffit donc de miser sur le bon, un peu comme ceux qui réservent des noms de domaines sur Internet et espèrent les revendre par la suite. Afzan Kahn l’a bien compris. En 2007, il a acheté la plaque « F1 » la modique somme de 572.000 euros, pour sa McLaren Mercedes SLR. Le numéro a ensuite été monté sur sa Bugatti Veyron.

Mais Monsieur Kahn a décidé de mettre en vente cette plaque F1… avec une sacrée plus value. Il la cédera contre un chèque de près de 12,5 millions d’euros. Une somme astronomique… et pourtant il est convaincu qu’un acheteur se présentera. Il a déjà refusé une offre de 7,5 millions d’euros.

Afzan Kahn est un spécialiste du genre. Fondateur du préparateur automobile Kahn Design, il propose sur son site Internet une soixantaine d’autres plaques.

Image : Kahn Design

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire