Le

Une petite guerre Police/Gendarmerie à Megève ?

Police:Gendarmerie Megève

Il ne sera pas question ici de faire un cours de communication ou de journalisme (je n’en ai pas la prétention, ni les capacités), mais il est amusant de voir à quel point les sites Web peuvent se passionner pour une simple image comme celle-ci. Zut, j’en parle, je suis moi aussi tombé dans le piège.

Sur cette image, que voit-on ? Un Dacia Duster de la Gendarmerie Nationale remorqué par un engin de la Police Municipale. Comme la neige l’indique, cela se passe à la montagne, plus précisément dans la station de Megève.

Certains se sont donc rapidement enflammés ! Voici que dans cette jolie petite ville du massif des Alpes, la Police embarque à la fourrière une auto mal stationnée des militaires bleus, preuve d’une mauvaise ambiance entre les deux camps, qui ne se feraient pas de cadeau. Après tout, on est censé être tous égaux devant la loi. Pourquoi ferait-on preuve de tolérance devant un véhicule de Gendarmerie en situation de stationnement gênant, cas d’urgence mis à part ?

Sauf que bien évidemment, vous l’aurez surement compris, la réalité est toute autre. On est juste en présence d’un véhicule en panne remorqué par les « collègues ». La Gendarmerie a communiqué sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter pour bien faire passer le message et couper court à ce qu’elle appelle elle-même une rumeur. Il n’est donc pas question de guerre entre les deux corporations. Bon si certains pensent encore que la Gendarmerie tente de noyer le poisson avec une excuse vaseuse….

En revanche, cela fait peut-être un peu moins de pub à Dacia ! Quelle panne peut avoir un Duster qui, à la vue de la plaque d’immatriculation, semble avoir deux ans seulement ?

Photo via Twitter Gendarmerie

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire