Le

Quand le policier abime la supercar

Porsche Carrera GT

Si vous avez déjà été victime d’un petit accrochage sur la route, vous savez alors que la facture peut vite s’envoler. On a l’impression qu’il n’y a pas grand chose, juste une petite retouche de peinture, mais le carrossier vous tend un devis costaud car le plus gros des dégâts se cache souvent dessous. Alors imaginez quand cela concerne une supercar…

Lorsque la somme n’est pas très importante, il arrive que les deux parties s’arrangent pour ne pas faire jouer les assurances et se retrouver par la suite pénalisées. Mais quand on abime une Porsche Carrera GT, une supercar produite entre 2003 et 2006 et dotée d’un V10 5,7 litres, le coût des réparations est vite exorbitant.

Dans ce cas précis, le bouclier arrière a été cassé, tout comme les feux et un échappement. Tarif de la remise en état : 44.000 $, soit plus de 32.000 euros. Rien de vraiment étonnant quand on sait que la Carrera GT coûtait près de 500.000 euros. Le hic, c’est que l’homme responsable des faits est un policier, qui est rentré dans la Porsche au cours de l’exercice de ses fonctions. La supercar aurait freiné et le conducteur de la voiture de police n’aurait pas réagi à temps.

Cela s’est passé en Arizona. Et malheureusement pour son employeur, la ville de Tucson, c’est la municipalité qui va devoir faire le chèque. Evidemment, une telle mésaventure peut un jour nous arriver et on évitera de jeter la première pierre à ce fonctionnaire même si on ne peut s’empêcher de sourire. Les médias américains qui relaient l’info ne précisent pas si le policier en question va participer d’une manière ou d’une autre au règlement !

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

2 réflexions au sujet de « Quand le policier abime la supercar »

Laisser un commentaire