Le

Un policier belge confond conducteur et passager

Renault Espace 3 (UK)

Un conducteur ayant un peu bu qui roulait avec une auto à volant à droite aurait échappé à un contrôle d’alcoolémie en Belgique… parce que le policier aurait fait souffler la passagère, assise du côté gauche ! Histoire vraie ou romancée ?

Si ces faits sont réels, voilà qui devrait entretenir chez nous le cliché du Belge gaffeur (pour être poli). Samedi dernier, Patrick Van Den Kieboom rentre chez lui dans la région néerlandophone d’Edegem. Il est au volant de son Renault Espace de troisième génération, avec sa femme en passagère. Petite particularité : son véhicule, qu’il a acheté il y a un an et demi en Afrique du Sud, est doté d’un volant à droite. Et ce détail va lui rendre un grand service.

La police fait signe à l’homme de se garer sur le côté. Moment de stress pour Patrick qui reconnaît après coup avoir bu plusieurs verres au cours de la soirée. Mais à sa grande surprise, le policier se dirige vers sa femme, assise à l’avant gauche. Il demande à l’occupante de baisser la vitre et de se plier à un contrôle d’alcoolémie, sans remarquer l’absence de volant face à elle ! L’épouse de Patrick a passé le test sans souci mais aurait eu grand mal à se retenir de rire ! Celle-ci a reçu ensuite un porte-clés Bob (du nom de la campagne anti-alcool au volant en Belgique) pour la féliciter de sa sobriété.

La question que l’on se pose maintenant est la suivante : est-ce une grosse farce ? La police locale a confirmé avoir effectué des contrôles d’alcoolémie dans cette région à ce moment là. Mais Patrick est-il un petit blagueur et aurait-il inventé cette histoire après avoir croisé les policiers sans être arrêté ? Toujours est-il que cela lui a apporté son petit quart d’heure de gloire, l’homme ayant même été interviewé par la télévision. Mais pas sûr que ses compatriotes apprécient une telle idée qui donnerait une image peu flatteuse de la police belge !

On pardonnera bien volontiers ce petit raté au policier si les faits se sont déroulés en fin de mission, après une longue journée de travail, la fatigue jouant forcément sur le sens de l’observation.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire