Le

Pression des pneus : ce qu’il faut savoir

Pression pneumatiques

Le mois de mai approche, avec sa succession de jours fériés et de ponts. Vous allez peut-être en profiter pour vous évader quelques jours à la mer ou à la montagne. Avant de partir, parmi les éléments à contrôler sur votre véhicule, il y a le niveau de pression de vos pneumatiques, un point très important pour la sécurité et la consommation de carburant.

Pneus sous gonflés : quels sont les risques ?

Ils sont multiples et peuvent amener à des situations dramatiques. Des pneus mal gonflés ont d’importantes conséquences sur le niveau de sécurité de votre auto. La tenue de route est altérée et le risque d’aquaplanage est accru. Pour faire simple : vous pouvez beaucoup plus facilement partir à la faute en virage ou sur sol mouillé. Les distances de freinage sont aussi allongées.

Les soucis sont aussi d’ordre économiques. Des pneus sous gonflés s’usent plus vite. Ils ont aussi un impact non négligeable sur la consommation de carburant, un pneu dans cet état augmentant la résistance au roulement.

Quand faut-il vérifier la pression de pneus ?

Certains risquent d’avoir des surprises : il faut contrôler le gonflage des pneumatiques au moins une fois par mois. Un petit moyen mémo-technique bien connu pour savoir quand le faire : une fois tous les deux pleins de carburant. Il faut aussi le faire avant chaque grand trajet.

Où trouver l’information ?

Pour connaître le niveau de pression adapté à votre véhicule, il faut se diriger vers le carnet de celui-ci. De plus en plus souvent, les indications sont aussi inscrites sur la portière côté conducteur. Deux pressions sont marquées : celle pour des conditions de conduite classiques, celle pour un véhicule chargé (passagers et bagages).

Comment le faire ? 

Soit vous vous équipez avec un manomètre ou un équipement de gonflage disponible chez les distributeurs de pneumatiques soit vous vous rendez chez votre garagiste ou votre centre-auto qui généralement vous fera la pression gratuitement.

Si vous le faites vous-même, sachez que l’opération se réalise à froid. L’auto ne doit pas avoir roulé depuis moins de deux heures ou alors avoir juste fait quelques kilomètres à faible allure. Si le pneu est chaud, il faut ajouter 0,3 bar à la pression conseillée.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Une réflexion au sujet de « Pression des pneus : ce qu’il faut savoir »

Laisser un commentaire