Le

Range Rover Evoque : petit lifting

Range Rover Evoque 2015 - 4

Trois ans et demi après sa commercialisation, le Range Rover Evoque passe par la case restylage. Sans surprise, la marque britannique a à peine revu le design très apprécié de l’auto. Grâce à un nouveau moteur diesel, le nouvel Evoque est le modèle le moins gourmand de l’histoire de la marque.

> Ce qui change à l’extérieur

Plus de 400.000 Evoque ont déjà été vendus dans le monde. 2014 a été la meilleure année commerciale de l’auto, preuve qu’elle plait encore énormément. Voilà qui explique pourquoi les designers n’ont pas beaucoup travaillé ! On remarque surtout un nouveau bouclier avant, avec des prises d’air latérales redessinées. La grille de calandre a également été modifiée tout comme l’habillage des phares et des feux.

> Ce qui change à l’intérieur

Même discours pour l’habitacle. Toujours dans le coup, l’esthétique de la planche de bord n’a quasiment pas été modifiée. Seuls quels matériaux ont été revus pour faire progresser la qualité perçue. L’Evoque millésime 2015 reçoit de nouveaux sièges.

Niveau équipement, signalons la présence d’un nouveau système multimédia InControl avec écran tactile 8 pouces ou d’un hayon motorisé pouvant s’ouvrir sans contact. Côté sécurité, on retrouve des technologies devenues courantes : avertisseur de franchissement de ligne blanche, freinage automatique d’urgence ou encore détecteur de somnolence.

> Ce qui change sous le capot

Il y a du neuf côté diesel. L’Evoque adopte le nouveau quatre cylindres 2.0 Ingenium, inauguré par la Jaguar XE. Réalisé en aluminium (avec à la clé un gain de poids de 20 à 30 kg par rapports aux blocs remplacés), il sera proposé en deux niveaux de puissance : 150 et 180 ch. La version 150 ch est homologuée avec une consommation en cycle mixte de 4,2 l/100 km, un record pour un modèle de la marque. Pour l’essence, la Si4 240 ch reste au programme.

L’Evoque restylé arrivera dans les concessions en août.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire