Le

Renault investit au Brésil

Renault

Les constructeurs français sont de plus en plus tournés vers l’international. PSA Peugeot-Citroën et Renault misent beaucoup sur les pays BRIC : Brésil, Russie, Inde et Chine. La marque au losange vient d’ailleurs de dévoiler un nouveau plan d’investissements pour le Brésil. 

Renault produit dans ce pays d’Amérique du Sud depuis 15 ans. Avec une part de marché de 6,7 % à la fin mars, il est actuellement le cinquième constructeur automobile au Brésil. Il vise en 2016 une part de marché de 8 %. Pour atteindre cet objectif, le français vient de présenter un nouveau plan d’investissements.

Le précédent était d’une valeur de 1,5 milliards de réals (485 millions d’euros). « Finalisé avec succès » selon Carlos Ghosn, PDG du losange, il a permis à Renault de renforcer sa croissance dans le pays basée sur trois axes principaux : augmentation des capacités de production de l’usine de Curitiba (de 280 000 à 380 000 autos par an), production sur place de deux nouveaux modèles (Master et Logan) et ouverture de 100 points de vente (pour un total de 275).

Sur la période 2014-2019, 500 millions de réals (162 millions d’euros) seront investis pour produire deux nouveaux véhicules à Curitiba. 240 millions de réals supplémentaires (78 millions d’euros) seront destinés à la création d’un nouveau centre logistique à Quatro Barras.

Il permettra la création de 250 emplois et un volume d’activité correspondant à un trafic mensuel de 200 poids lourds. En plus de répondre aux besoins logistiques en pièces et composants du réseau de concessions Renault au Brésil, ce centre alimentera également l’Argentine, le Chili, la Colombie, le Mexique, le Paraguay, le Pérou, l’Uruguay, le Venezuela, l’Amérique Centrale, l’Afrique du Sud et la France.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire