Le

Renault Clio : banquette arrière en option gratuite

Renault Clio 4

L’idée est très curieuse mais Renault précise qu’il s’agit d’un test. Sur la Clio, la marque au losange va intégrer la banquette arrière dans une liste d’options « gratuites ». En clair, vous l’aurez sans supplément comme sur n’importe quelle auto, mais si cet équipement ne vous intéresse pas, vous pourrez en prendre un autre à la place.

Je parle en connaissance de cause. Je roule avec une citadine que j’ai choisie pour son look. Je suis en couple et ne souhaite pas avoir d’enfant. La banquette arrière ne me sert donc à rien. Pourquoi ne pas avoir acheté une deux places me direz-vous ? Parce que dans ce cas, j’avais le choix entre une Smart Fortwo ou un coupé sportif. La première est trop petite pour transporter du bazar, le second est trop cher !

Et de nombreux automobilistes sont dans le même cas. Beaucoup de véhicules sont achetés par des personnes vivant seules ou en couple qui n’ont pas besoin de places à l’arrière. Renault l’a constaté dans ses concessions. Le losange va donc tenter de laisser le choix à ses clients.

La banquette arrière va ainsi devenir une option gratuite. Elle fera toujours partie de la dotation de base car la marque se doute bien que l’immense majorité de ses clients la souhaitera. Mais Renault vous proposera quand même le choix au moment de signer le bon de commande. Ceux qui ne la veulent pas pourront choisir à la place un autre équipement d’une valeur équivalente : le pack confort qui comprend le radar de recul et les rétroviseurs rabattables électriquement.

Cela revient donc à faire un choix. Certains risquent bien d’hésiter. Il semble impensable d’acheter une Clio sans banquette arrière de nos jours. Mais si celle-ci sert juste quelques fois par an en dépannage, un radar de recul qui doit être utilisé au moins une fois par jour est nettement plus utile et cela mérite réflexion. Il y a juste à la revente que cela peut coincer.

Renault précise que ces Clio « 2 places » ne seront pas considérées comme des véhicules de société, évitant ainsi les règles spéciales imposées à ce genre de voitures (contrôle technique annuel…).

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire