Le

Série limitée : Renault Clio RS Monaco GP

Renault Clio RS Monaco GP

Petite déception sur le stand de Renault à Genève. On nous avait annoncé une nouvelle version de la Clio RS, on s’était imaginé une déclinaison plus épicée, comme une « vraie » Gordini. Au final, on a découvert une simple série limitée Monaco GP.

Un an après ses débuts commerciaux, la quatrième génération de la Clio RS s’offre sa première série spéciale. C’est la quatrième « Monaco GP » chez Renault, après les Laguna Coupé, Mégane Coupé et Mégane RS. Le nombre d’exemplaires sera limité.

Par rapport à une Clio RS normale, les changements ne concernent que la décoration. La Monaco GP adopte une teinte blanche exclusive « Givre Nacré » et peut recevoir en option un toit peint en noir. De nombreux éléments de la carrosserie reprennent cette couleur : jantes 17 ou 18 pouces, lame F1 dans la prise d’air, coques de rétroviseurs, becquet, diffuseur, poignées de portes…

A l’intérieur, l’ambiance est sombre. Les sièges en cuir noir ont des surpiqures grises. Les éléments de décoration sur le volant, au niveau du levier de vitesse, sur les portières et autour des aérateurs sont « Dark Métal ». Les ceintures de sécurité adoptent une couleur « gris technique ». Dans la liste des équipements de série, on trouve les sièges avant chauffants, la tablette connectée R-Link ou les vitres latérales arrière et la lunette sur-teintées.

Rien de neuf côté mécanique. On trouve sous le capot le bloc 1.6 Turbo 200 chevaux, uniquement associé à une boîte de vitesses robotisée double embrayage 6 rapports. En option, on peut s’offrir le système de télémétrie R.S. Monitor 2.0, avec la fonction R.S. Replay qui permet de créer et télécharger des circuits, rejouer en les visualisant sur une carte l’ensemble des données enregistrées lors d’une sortie et partager ces informations sur les réseaux sociaux.

L’ouverture des commandes devrait débuter à la fin du mois. Avec cette Monaco GP, Renault dit vouloir séduire une clientèle plus féminine.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire