Le

Voici la nouvelle bête de course de Renault

Renault Sport R.S. 01-1

La marque au losange a dévoilé au Salon de Moscou la R.S. 01. Contrairement aux apparences, ce n’est pas un concept-car mais une voiture de course, qui sera en service dès l’année prochaine.

La R.S. 01 a été imaginée pour un nouveau championnat « Renault Sport Trophy » au sein des World Series by Renault. Dans le vaste monde de la compétition automobile, la firme française place l’auto entre une GT3 et une DTM. Elle est équipée du moteur de la Nissan GT-R, revu et corrigé par Nismo, la division sportive du constructeur asiatique. Les ingénieurs japonais ont par exemple monté un carter sec.

Le bloc est un V6 3.8 litres biturbo qui développe plus de 500 ch. Le couple est supérieur à 600 Nm. La boîte de vitesses est une séquentielle à 7 rapports. Renault a fait appel à son fidèle partenaire Michelin pour la mise au point de pneumatiques spécifiques. La firme italienne Dallara s’occupe du châssis. La R.S. 01 est dotée d’une coque en carbone, qui lui permet d’avoir un poids contenu sous les 1.100 kg.

Ce qui nous intéresse le plus avec cette auto, ce n’est finalement pas la fiche technique mais son look. Celui-ci est inédit : Renault ne s’est pas basé sur un véhicule existant. Procède-t-il d’ailleurs dans l’autre sens ? Ce véhicule de compétition donne t-il des indices sur le look d’un futur modèle de la marque ? On pense bien évidemment à la prochaine Alpine, qui arrivera dans les concessions en 2016.

La silhouette est très aérodynamique, avec une hauteur de seulement 1,11 mètre. Certains  trouvent à la R.S. 01 des faux airs d’Audi R8. Il est vrai que des détails font penser à la sportive allemande, comme le contour des optiques, prolongé par une signature lumineuse qui court le long des écopes de refroidissement des freins. Avec son immense aileron, la R.S 01 devrait être collée à l’asphalte.

Pour voir l’engin en réel, Moscou est peut-être un peu loin mais il y a de grandes chances pour que l’auto soit exposée au Mondial de l’Automobile à Paris début octobre.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire