Le

La Seat Leon ST adopte la transmission intégrale

Seat Leon ST 4Drive

La gamme de la troisième génération de Leon continue d’être étoffée. Après les sportives Cupra, voici la déclinaison 4Drive du break ST, équipée d’une transmission intégrale permanente. Parfait pour affronter les mauvaises conditions météorologiques de l’hiver.

Seat a enfin compris qu’une seule carrosserie sur le segment des compactes n’était pas suffisant. Après deux générations de Leon où seule une 5 portes était disponible, la nouvelle mouture lancée il y a un an propose enfin une famille complète de modèles. Il existe maintenant une 3 portes SC et un break ST. La marque espagnole a aussi l’intelligence de piocher dans la vaste banque d’organes du groupe VW pour multiplier les versions.

Le modèle grand volume hérite ainsi d’une transmission intégrale pour faire les yeux doux à ceux qui rencontrent régulièrement de mauvaises conditions d’adhérence. Le système quatre roues motrices permanent utilise un embrayage de type Haldex de cinquième génération. En conduite normale, la plupart de la puissance est transmise aux roues avant. Lorsqu’un manque d’adhérence survient à ce niveau, le couple est envoyé vers l’arrière en quelques millisecondes. Seat ne donne pas les pourcentages de la répartition.

La Leon ST 4Drive a fait sa première apparition publique en janvier lors du Salon de Vienne en Autriche. Elle sera proposée avec deux moteurs diesel TDI : un 1.6 105 ch et un 2.0 150 ch. La boîte manuelle 6 rapports est standard, tout comme les systèmes Start/Stop et récupération d’énergie au freinage. Les consommations annoncées sont contenues avec respectivement 4,5 et 4,8 litres aux 100 km en cycle mixte (ce qui correspond à 119 et 124 g/km de C02).

Grâce à l’astucieuse plate-forme modulaire MQB, l’habitacle n’est pas impacté par la présence de la transmission intégrale. Le volume de coffre est de 587 litres et peut grimper à 1470 litres jusqu’au toit une fois la banquette rabattue. Pour loger les objets les plus longs, le siège passager peut être replié.

La date de commercialisation n’a pas été donnée. Le surcoût tarifaire est aussi encore inconnu.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire