Le

Seat : un SUV en 2016

Seat IBX

Cette fois c’est officiel : la marque espagnole va lancer un vrai SUV. Seat était l’un des seuls constructeurs généralistes absent du marché des 4×4. Ce gros impair va donc être enfin réparé… dans deux ans. 

Soyons honnêtes : Seat est actuellement le parent pauvre du groupe Volkswagen. La firme espagnole a du mal à trouver sa place entre la maison mère et la marque tchèque qui monte, Skoda. Sa gamme ne comporte plus que deux modèles inédits, l’Ibiza et la Leon, avec leurs variantes respectives. Les autres autos sont des cousines du groupe « recarrossées » : la Mii est une jumelle de la VW Up, l’Alhambra est un VW Sharan à peine revu, l’Exeo était une vieille Audi A4 rhabillée !

Mais Volkswagen semble enfin s’intéresser à la firme ibérique. Seat va ainsi enfin avoir le droit de mettre au point son propre SUV. L’information vient d’être confirmée lors de la présentation des résultats financiers 2013. Pour le président de Seat, Jürgen Stackmann « c’est une excellente nouvelle puisque Seat arrive sur un nouveau segment, l’un des plus importants et à la plus forte croissance. Le SUV est un pilier important de notre stratégie future et est un grand pas sur le chemin nous menant à la rentabilité durable de l’entreprise. »

Ce nouveau modèle, qui n’a pas encore été baptisé mais pourrait s’appeler Tribu du nom d’un concept-car dévoilé en 2007, sera mis au point par le centre technique de Seat à Martorell. Il devrait reposer sur la même plate-forme modulaire que la Leon, capable de recevoir une transmission intégrale. L’auto sera commercialisée en 2016, soit près de dix ans après la naissance de sa cousine VW Tiguan !

En photo, le concept iBX dévoilé en 2011.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire