Le

Série spéciale : Nissan Note Black Line

Nissan Note Black Line

Lancée l’automne dernier, la deuxième génération de Note fait déjà l’objet d’une série spéciale, nommée Black Line. Cette version mise surtout sur le look.

Spécialiste des crossovers, Nissan n’a pas délaissé les catégories plus classiques. Il a ainsi lancé il y a quelques mois un nouveau Note… alors que le premier avait eu une carrière discrète. L’engin doit cohabiter avec le turbulent Juke, dont le succès ne se dément pas (encore 1 371 immatriculations en France en janvier contre 415 Note).

Nissan est tout de même satisfait de l’auto, avançant que les ventes mensuelles ont été doublées par rapport à l’ancien modèle. Pour maintenir ce bon niveau, l’asiatique propose une nouvelle version du Note, nommée Black Line. Basée sur la finition de milieu de gamme Acenta, cette série spéciale tire son nom des nombreux détails noirs qu’elle adopte.

Le Note Black Line hérite ainsi de vitres arrière et d’une lunette surteintées, d’une grille de calandre noir laqué, d’un bouclier arrière avec diffuseur « Carbon look » ou encore de jantes en alliage 16 pouces noir et argent. Le style est un peu plus sportif, avec un becquet de toit et des jupes latérales spécifiques.

Curieusement, la liste des équipements n’est pas enrichie. Il faudra donc passer par la case options pour bénéficier des dernières technologies Nissan, comme la vision 360° (quatre caméras permettent d’obtenir une image de l’auto vue du dessus) ou le Nissan Safety Shield, un bouclier de sécurité qui intègre trois systèmes : la surveillance des angles morts, l’alerte de franchissement de ligne blanche et la détection des objets en mouvement.

La série Black Line sera disponible avec trois motorisations : le diesel dCi 90 ch et les essence 1.2 80 ch et 1.2 DIG-S Turbo de 98 ch. Les prix sont respectivement les suivants : 18.150 €, 15.850 € et 17.650 €. C’est 1000 euros de plus que la finition Acenta. Pas sûr que le surcoût vaille la peine si c’est juste pour du look…

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire