Le

Toyota Aygo : madame X

Toyota Aygo 2014 - 7

Un vent de fraicheur a soufflé sur le stand Toyota avec la présentation de la seconde génération de l’Aygo. La petite puce japonaise adopte un style très original, avec une curieuse face avant barrée d’un X.

Les designers de Toyota se sont lâchés ! Qu’il semble loin le temps où les productions de la marque japonaise devaient être consensuelles pour séduire une clientèle conservatrice. C’est simple avec cette nouvelle Aygo : on aime ou pas. Mais dans la pluie de nouvelles citadines qui est tombée sur Genève, l’auto a su se faire remarquer.

Ce qui interpelle bien évidemment, c’est ce gros X sur la face avant, qui peut être noir, blanc ou gris. Ses branches englobent tous les éléments de la proue, partant des ailes jusqu’au logo en passant par les optiques, puis encadrant la prise d’air dans le bouclier. En comparaison, l’arrière est un peu plus conventionnel, même si les grands feux verticaux, qui débordent sur les flancs, ne devraient pas faire l’unanimité. Au moins, il y a un vrai parti-pris stylistique, et on félicite Toyota de cette démarche.

L’intérieur est nettement plus sage. Logique. L’Aygo est une cousine technique des nouvelles Citroën C1 et Peugeot 108. Si à l’extérieur, la japonaise a bien pris ses distances, à bord elle est identique pour des questions d’économies. Les trois marques ont dû imaginer une planche de bord plutôt classique qui conviendrait à tout le monde.

On retrouve une console centrale en trapèze qui sur les versions haut de gamme intègre un écran tactile 7 pouces pour les fonctions radio et média. L’instrumentation est solidaire de la colonne de direction. Par rapport à l’ancien modèle, la présentation fait un bond en avant, même si tous les plastiques restent rigides. Quelques touches de couleur donnent un peu de gaieté.

L’auto mesure précisément 3,455 mètres. C’est 2,5 cm de plus que l’ancienne mouture. Autrement dit, l’espace intérieur progresse à peine. Toyota annonce quelques millimètres en plus pour les jambes des passagers arrière. Le coffre est mieux loti puisqu’il gagne 29 litres, pour atteindre 168 litres. Seul bémol : le seuil de chargement est haut, ce qui crée une importante marche avec le plancher de la zone de chargement. La version haut de gamme est équipée d’un grand toit ouvrant en toile.

Toyota proposera un seul moteur essence, un 1.0 de 69 ch, décliné en deux versions : normale, ou ECO. Celle-ci est dotée d’une boîte de vitesses aux quatrième et cinquième rapports rallongés, de pneus à faible résistance au roulement et d’un Stop and Start. L’ECO annonce ainsi une consommation de 3,9 litres aux 100 km, contre 4,1 litres pour la normale.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire