Le

Twitter pour dénoncer les autos mal garées à Rome

Twitter Police Rome

Twitter est un bel outil pour partager avec le monde entier ses avis ou ses activités. Mais son utilisation peut-être facilement détournée, avec des actions plus perverses. La police de Rome vient ainsi d’ouvrir un compte sur ce réseau-social pour faire la chasse aux autos mal garées dans la ville.

Ah Rome : ses monuments antiques, son patrimoine religieux, ses clubs de football… et ses voitures mal stationnées. Les habitants de la capitale italienne sont très souvent fâchés avec les règles de parking. Ils abandonnent volontiers voitures et motos sur les ronds-points, les trottoirs, les îlots ou tout simplement au milieu de la rue. Dans les parties historiques, où les rues pavées sont étroites, cela peut rapidement devenir un vrai bazar avec les champions de la double-file.

De très mauvaises habitudes que compte bien faire changer la police locale. Sous l’impulsion d’un nouveau chef, Raffaele Clemente, elle vient de lancer un dispositif original pour créer « un choc culturel ». Elle a ouvert une page Twitter (@PLRomaCapitale) où l’on peut signaler toutes les voitures mal garées. Les agents qui verbalisent et la fourrière seraient ensuite rapidement prévenus.

Les gazouillis du petit oiseau bleu risquent de ne pas plaire à tout le monde dans Rome désormais. Mais la police assume cette technique, qui se base sur la popularité et la rapidité de ce moyen de communication pour faire le ménage dans une ville très embouteillée. Plus de la moitié des romains utilisent un mode de transport privé et Rome est l’une des villes qui compte le plus de voitures pour 100 habitants, avec 70 véhicules.

Et le compte « PLRomaCapitale » semble avoir son petit succès. Il y a déjà 3000 abonnés et la police répond à quasiment tous les messages laissés. Ceux-ci sont bien souvent accompagnés d’une photo. Autrement dit, il y a une trace publique des faits, avec la plaque d’immatriculation bien visible…

Twitter, outil de délation 2.0 ?

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire