Le

Usine Renault Sandouville : 50 ans

Renault Sandouville

L’une des plus célèbres usines de Renault célèbre son demi-siècle d’existence. 2014 sera l’année du changement pour Sandouville car ce site va produire pour la première fois des véhicules utilitaires. 230 millions d’euros ont été investis par le losange pour mettre à jour le lieu.

Situé à un endroit stratégique (près des rives de la Seine et du port du Havre), Sandouville a toujours été spécialisé dans les véhicules particuliers haut de gamme de Renault. En 50 ans, cette usine a produit plus de huit millions de véhicules. La première auto assemblée était la R16. De nombreux modèles se sont ensuite succédés, avec par exemple la R18 en 1978, la R21 en 1986, la Safrane en 1992, la Vel Satis en 2001 et la quatrième génération de l’Espace en 2002. Celle-ci est encore actuellement fabriquée à Sandouville, avec la Laguna III.

Mais en 2011, Renault a fait un choix : transformer l’usine pour la spécialiser dans l’assemblage de véhicules utilitaires. La marque souhaite relocaliser en France la production de son Trafic. Trois ans de travaux ont été nécessaires pour métamorphoser le site et mettre en place de nouveaux moyens. Pour Renault, l’usine est comme neuve !

Exemple de changements : le flux de peinture a été entièrement revu pour s’adapter aux dimensions d’un utilitaire. La cabine de peinture a été allongée de 12 mètres et le tunnel de traitement anti-corrosion a été rehaussé de 70 cm. 20.000 m2 de surface ont été libérés pour installer la nouvelle tôlerie qui compte 187 robots neufs.

La marque au losange indique que Sandouville fabriquera aussi les versions hautes de l’Opel Vivaro, le jumeau allemand du Trafic. Les remplaçantes des Laguna et Espace seront toujours assemblées en France, mais à Douai.

On prédit un bel avenir à Sandouville : en 2013, pour la 16ème année consécutive, Renault a été leader du marché des V.U en Europe. Malgré son grand âge, le Trafic était encore l’année dernière la référence de sa catégorie en France, avec une part de marché de 36 % !

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire