Le

Arrêtés pour un vol de cartes de démarrage

Carte démarrage Renault

Quatre intérimaires qui ont travaillé cet été dans l’usine Renault de Sandouville sont accusés du vol de 600 cartes de démarrage. Un butin anodin mais qui aurait pu rapporter gros.

Les cartes d’accès et démarrage mains libres se sont généralisées chez le constructeur au losange. Rares sont les modèles qui ne profitent pas de ce dispositif très pratique remplaçant la classique clé, que ce soit de série ou en option. Renault en fabrique dans son usine de Sandouville, en Normandie, d’où sortent les modèles haut de gamme de la marque mais aussi le nouveau Trafic.

Et on dirait que ce petit objet attire les convoitises. Quatre intérimaires ont été interpellés et placés en garde à vue par les gendarmes de la brigade territoriale autonome de Saint Romain de Colbosc en Seine-Maritime selon une information de « info normandie ». Les quatre personnes sont accusées du vol de 600 cartes de démarrage.

Celles-ci n’étaient pas opérationnelles en l’état car encore non programmées. Mais ces personnes auraient pu les revendre, ces objets étant recherchés sur le marché du trafic de véhicules volés par des gens capables de les programmer. De là à penser qu’elles auraient pu fonctionner sur n’importe quelle Renault par la suite, il n’y a qu’un pas.

Renseignés à temps, les gendarmes sont intervenus avant que ces personnes, agées de 27 à 42 ans et originaires du Nord, aient pu écouler leur stock. Les cartes ont été retrouvées dans la voiture d’un des suspects. Tous ont été remis en liberté après leur garde à vue. La parquet du Havre devrait statuer sur leur sort très prochainement. Chez Renault, on ne fait aucun commentaire sur cette affaire.

Illustration : F.FERRIERE, droits réservés.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire