Le

Il aimait trop les voitures de pompiers

Bien souvent, quand on demande aux petits garçons ce qu’ils souhaitent faire plus tard, ils répondent « pompier ». En grandissant, beaucoup changent d’avis, d’autres réalisent leur rêve… et certains tentent de vivre la chose par procuration, comme ce jeune homme qui aimait trop les véhicules rouges au point d’en multiplier les vols.

L’histoire se passe dans le Lot. Un adolescent âgé de 17 ans vient d’être interpellé après avoir volé plusieurs voitures de pompiers. Il sera jugé le 19 mai par le tribunal pour enfants de Cahors.

Les vols auraient commencé l’été dernier. Le jeune homme, qui n’a évidemment pas le permis de conduire, s’empare d’un véhicule de la caserne de Latronquière, une commune située au nord du département. Pour se faciliter la tâche, il est habillé d’une tenue de soldat du feu, achetée sur Internet. Il abandonne le véhicule, accidenté.

Il repasse à l’action en novembre, une première fois à la caserne de Gramat puis une seconde de nouveau à Latronquière. Il est arrêté après une escapade de plusieurs dizaines de kilomètres, où il n’a pas hésité à utiliser gyrophare et sirène, une bonne idée pour être discret !

Les gendarmes expliquent que le mineur se fait oublier pendant quelques mois avant de recommencer dans la nuit du 16 au 17 avril, à Sousceyrac. Les hommes en bleu l’arrêtent à Cahors en fin de journée. L’histoire dégénère ensuite. Le jeune est remis à son père… mais s’échappe rapidement pour voler aussi sec une fourgonnette rouge à Bretenoux.

S’ensuit une course poursuite avec les militaires de 130 km sur l’autoroute, avec des pointes à 170 km/h. Il est de nouveau arrêté, après avoir heurté un véhicule de gendarmerie. Il sera jugé en étant considéré pénalement responsable.

La casse étant seulement matérielle, on se permettra quand même de sourire face à cette situation avec un jeune qui semble vraiment beaucoup aimer l’univers des pompiers. Un genre de fétichisme ?

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire