Le

Volkswagen Golf : nouveaux moteurs

Volkswagen Golf

L’un des secrets de la réussite de la Golf ? C’est d’évoluer en permanence pour être toujours l’une des meilleures propositions de la catégorie. La compacte allemande met de nouveau à jour sa gamme de motorisations et enrichit son équipement. 

Sous le capot, les nouveautés se trouvent du côté des blocs essence. La Golf complète son offre avec le 1.4 TSI de 122 ch, proposé avec une boîte manuelle à 6 rapports (consommation en cycle mixte 5,2 l/100 km, rejets de C02 de 120 g/km) ou la transmission robotisée double embrayage DSG7 (5 l/100 km, 117 g/km). L’auto échappe ainsi au malus. Les tarifs démarrent à 21.500 euros. La boîte DSG est facturée 1.860 euros.

Au-dessus, on retrouve le bloc 1.4 TSI à coupure des cylindres (deux cylindres sur quatre sont désactivés lors des faibles sollicitations, de quoi faire quelques économies de carburant). Mais il a été revu pour se conformer à la norme Euro 6. Au passage, il gagne 10 ch et en annonce donc au total 150. On retrouve les mêmes choix de boîtes que sur le 122 ch. La consommation est identique pour les deux versions (4,7 litres). Premier prix : 26.050 euros.

Côté équipements, la Golf complète sa dotation avec le Blind Spot Detection. Le système alerte le conducteur de la présence d’un véhicule dans l’angle mort. Il apporte aussi son aide lors de la sortie d’une place de stationnement en marche arrière. Une alerte avertit lorsqu’une voiture approche et le freinage peut être activé automatiquement pour éviter une collision. Le Blind Spot Detection est en option, à 340 euros.

Ces « nouvelles » Golf sont déjà disponibles à la commande dans le réseau VW.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire