Le

Volkswagen Polo GTI : plus de puissance

Volkswagen Polo GTI 2015 - 2

En début d’année, Volkswagen a restylé la Polo. Mais une version n’avait pas eu le droit à la mise à jour : la sportive GTI. L’impair est aujourd’hui réparé. La plus énervée des Polo change carrément de moteur.

Au placard le 1.4 TSI à double suralimentation de 180 ch. A la place on trouve un bloc 1.8 à simple turbo emprunté à Audi. Il développe 192 ch. La Polo se rapproche ainsi de ses plus grandes rivales, les Peugeot 208 GTi et Renault Clio RS, qui ont un 1.6 turbo de 200 ch. Pour la VW, le couple est en hausse de 70 Nm, à 320 Nm.

De quoi faire gagner deux dixièmes sur l’exercice du 0 à 100 km/h, l’auto mettant désormais 6,7 secondes. La vitesse de pointe est de 236 km/h. Côté boîte, on a maintenant le choix entre une manuelle 6 rapports ou une DSG double embrayage, elle aussi à 6 rapports (avant c’était DSG7 d’office).

Le look est mis à jour, mais les changements ne sautent pas tous aux yeux. On remarque quand même la nouvelle forme des prises d’air, donnant un peu de caractère à l’auto. La calandre est aussi modifiée. Le rouge n’est présent qu’en partie basse et se prolonge dans les blocs optiques, comme sur la grande sœur Golf. Le bouclier arrière est inédit, les jantes également.

A bord, la GTI adopte les évolutions vues sur les autres modèles. L’instrumentation est ainsi modifiée et la console centrale accueille un système multimédia équipé d’un écran tactile. Typique des GTI de Volkswagen, la sellerie adopte un motif à carreaux. Le volant est nouveau.

Volkswagen ne donne pas encore de tarifs. Les nouvelles valeurs de consommation ne sont pas connues non plus.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire