Le

Volvo surveille votre état de fatigue au volant

Volvo détecteur de fatigue

La marque suédoise a un objectif très ambitieux : à l’horizon 2020, elle ne veut plus qu’il y ait un mort ou un blessé grave dans une de ses voitures. Elle multiplie donc les projets visant à améliorer la sécurité au volant. Dernier en date : la conception de systèmes capables de reconnaître et distinguer une situation de fatigue ou d’inattention du conducteur.

Des détecteurs de fatigue, il en existe déjà chez plusieurs constructeurs, comme Mercedes. Mais ici, l’idée est de les coupler aux autres systèmes de sécurité de la voiture : aide au maintien dans la voie, alerte anticollision avec freinage automatique, régulateur de vitesse adaptatif…

Si le dispositif détecte une baisse de vigilance du pilote, le comportement du véhicule sera adapté en conséquence. En clair, les assistances à la conduite seront « prévenues » et prêtes à intervenir. L’auto veillera par exemple d’elle même à ne pas s’écarter de son couloir de circulation tout en étant capable bien évidemment d’empêcher la personne au volant de s’endormir.

Pour Per Landfors, ingénieur chef de projet des systèmes d’assistance à la conduite chez Volvo, « le conducteur pourra se fier un peu plus à sa voiture, en sachant qu’elle viendra à son secours en cas de besoin. »

Le détecteur monté sur le tableau de bord face au conducteur contrôle certains aspects, comme l’endroit où se porte le regard, le degré d’ouverture des yeux, la position et inclinaison de la tête. La technologie utilise des LED infrarouges, à la lumière invisible à l’oeil nu.

Ce genre de détecteur ouvre la voie à d’autres fonctions. En surveillant le mouvement des yeux, la voiture peut par exemple adapter l’éclairage intérieur et extérieur pour suivre la direction dans laquelle se porte le regard du conducteur. En reconnaissant la personne qui prend les commandes, l’auto peut aussi adapter le réglage des sièges.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire