Le

Volvo va participer à moins de Salons

Volvo Concept Estate - 18

La marque suédoise vient de présenter sa nouvelle stratégie marketing mondiale. Fait marquant : moins de participations aux Salons !

Selon ses termes, Volvo lance « un défi au marketing automobile traditionnel ». Le nordique veut mettre en œuvre une stratégie mieux orientée vers ses propres besoins. Il indique qu’il ne veut pas tout recréer, ne s’estimant pas « supérieur aux autres ». Mais il veut afficher sa différence.

Fait marquant de cette nouvelle approche commerciale : ne participer qu’à un seul salon par région et par an. Volvo indique déjà lesquels : Genève en Europe, Shanghai/Pékin en Chine et Detroit aux Etats-Unis. La marque sera donc absente lors des prochains Mondial de l’Automobile  ! Curieux, car le Salon de Paris est le plus visité au monde. Mais le public genevois est plus européen.

Volvo estime que les salons sont « des événements assez traditionnels où les marques s’évincent les unes les autres à dates fixes, en se livrant à des combats d’exposition et de couverture médiatique ». Volvo proposera à la place son propre événement annuel pour présenter ses nouveaux produits. Il devrait avoir lieu à la fin de l’été, car les Salons auxquels Volvo participera encore ont tous lieu en début d’année. Petit souci : cet événement ne sera pas ouvert au public.

Pour la publicité, Volvo n’a pas l’intention de faire exploser son budget. Il se démarquera en sélectionnant les canaux les plus efficaces (Volvo ne donne pas beaucoup de détails sur cette partie). Le suédois compte aussi réduire progressivement ses activités de sponsoring. Il se concentrera surtout sur la course de bateaux Volvo Ocean Race.

La marque ne va pas remettre en cause le principe de la vente en concessions. Mais elle va développer en parallèle la vente en ligne, testée avec succès cette année avec la commercialisation du XC 90 First Edition.

Volvo veut aussi mieux personnaliser ses services. Par exemple, lors de la livraison d’un véhicule neuf, le client fera la connaissance d’un technicien personnel, qui sera en contact avec lui tout au long du cycle de vie du véhicule.

Florent Ferrière

Amateur de médias et d'automobiles, je n'ai rien trouvé de plus logique que de croiser les deux pour en faire un métier passionnant. Diffuser l'information a toujours été un plaisir (voire une obsession !), d'autant que tout comme moi, l'actualité auto ne s'arrête jamais. Partagé entre les Landes, terre d'adoption, et le Rhône, terre de cœur, amoureux de la Provence, je n'ai pas peur de prendre souvent le volant pour changer d'air !

Laisser un commentaire